16/03/2013

Nourriture et anxiété

Les troubles du comportement alimentaire chez la femme peuvent être profondément ancrés dans l'émergence d'angoisses infantiles, précisent des chercheurs à la Virginia Commonweath Universirty à Richmond. Ils ont constaté que 66% des femmes qu'ils ont étudiés présentaient également une anxiété pathologique et, dans 94 % des cas, ces problèmes remontaient à leur enfance. Comme le rapporte Acta Psyciatric Scandinavica, la femme type, sujette à l'anxiété et présentant un trouble de comportement alimentaire est complexée, intensément critique vis-à-vis d'elle même et craint de paraître ridicule en public. D'après les chercheurs, les accès quasi boulimiques apaisent passagèrement l'angoise mais sont suivis d'un rejet forcé des aliments, causé par un sentiment de culpabilité et par l'excès de nourriture. La détection précoce de l'anxiété pathologique chez l'enfant pourrait pemettre d'identifier les sujets qui risquent de souffrir plus tard de troubles du comportement alimentaire.

18:00 Publié dans nutrition | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2013

Dilemme des laitages

Les protéines sont indispensables dans la diététique culturiste mais est-ce que le lait et autres produits laitiers ne vous réussissent pas ? Vous pensez peut-être que vous avez une intolérance au lactose mais des chercheurs Veterans Affairs medical Center à Minnéapolis ont constaté qu'une personne sur tois qui déclare ne pas tolérer le lactose, fait erreur. Ils ont diagnistiqué cette affection chez seulement 34 personnes sur les 49 qui pensaient en être atteintes.

Comme le rapporte le bulletin santé et nutrition de la Tufts university, les chercheurs ont également observé que même pour les sujets manifestent une intolérance au lactose et donc incapables de digérer ce sucre dans les laitages, il est possible d'avaler deux tasses de lait par jour sans éprouver de ballontements, crampes, gaz ou diarrhée. L'astuce est de prendre les 2 tasses à plusieurs heures d'intervalles : une au petit déjeuner et l'autre au dîner.

20:32 Publié dans nutrition | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2013

Prévention des blessures musculaires

Si vous vous faites un e foulure ou un étirement musculaire, immobilisez la partie blessée jusqu'à la guérison. Cette affirmation est fausse. De récentes recherches indiquent qu'une durée d'immobilisation inférieure à 10 minutes ne représente aucun problème. En revanche, un temps supérieure provoque une atrophie. En se référant aux travaux du Dr. Peter Jokl, professeur à l'université de Yale, toute les partie du corps blessée doit rester mobile même quand on applique de la glace ou pendant une compression.